Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

Le Horoya signe son premier succès

Le Horoya signe son premier succès

Le HAC se déplaçait avec une énorme envie de gagner. Dès le coup d’envoi, ce sont les poulains de Victor ZVUNKA qui se lancent à l’assaut. Ils obtiennent la première occasion du match sur une frappe d’Ibrahima Aminata CONDE devant le but (14’). Mais le défenseur du HAC n’a pas réussi à cadrer.

Le CFM va alors sortir la tête de l’eau et repousser son adversaire dans sa moitié de terrain. Sur un ballon perdu  au milieu du gazon par le HAC, Ondo BIYOGHE se présente seul face à Khadim N’DIAYE. Malheureusement pour lui, il perd son duel, alors qu’il avait le buts largement ouvert (22’). Ce sera la plus grosse occasion de la première période, puisqu’à la mi-temps le score sera de 0-0.

A la reprise, le HAC se présente avec un autre visage. Surement boostés par les propos de leur entraineur dans les vestiaires, les « rouge et blanc » prennent le jeu à leur compte. En pressant très haut, ils obligent le CFM  à jouer regroupé dans son camp. Mais la défense gabonaise va continuer à résister. Les locaux connaitront tout de même une grosse frayeur lorsque le tir de MANDELA est renvoyé par le montant (50’). BIYOGHE va tenter de répondre deux minutes plus tard, mais sa frappe passe de peu devant la cage de NDIAYE.

Ayant compris que les joueurs du CFM  étaient épuisés, Vic ZVUNKA fait entrer son joker de luxe Sékou Amadou CAMARA à la place de Yacouba MANDO (61’). Le coaching sera payant puisque c’est CAMARA qui va ouvrir le score de la tête sur un centre au point de penalty de Brefo MENSAH (72’) : 1-0 pour les Guinéens.

Le HAC va à nouveau se faire peur après que Khadim NDIAYE ait manqué sa sortie. Bourama COULIBALY  reprend le ballon de la tête, mais rate le cadre (83’). Le gardien international sénégalais va se racheter de sa bévue en claquant une balle de but sur sa barre transversale, essai du même COULIBALY  qui avait réussi à mettre la tête (92’).

Score final 1-0, au terme d’une seconde période d’un suspense insoutenable.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp