Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

Aboubacar BANGOURA, le «killer» du HAC

Aboubacar BANGOURA, le «killer» du HAC

  • Cette année encore, tu finis meilleur buteur, ton sentiment?

Je suis vraiment en manque de mots, je ne sais pas par quoi finir et par quoi commencer… Mais tout ce que je peux dire aujourd’hui, c’est que je suis très content, pour moi et surtout pour mes coéquipiers qui m’ont aidé à réaliser cet exploit. Vraiment, merci à eux et au staff qui m’a fait confiance! Je suis fier d’être encore, cette année, meilleur buteur, malgré que j’ai  commencé un peu tard le championnat

  • 9 rencontres pour 11 buts, c’est un joli score ?

Vous savez, un attaquant doit être affamé de buts, parce que cela vous aide à être aimé par tout le monde. Ensuite, ça vous permet de tirer l’équipe vers le sommet. Quand je suis venu, on marquait difficilement mais, avec mon sens du déplacement le jeu s’est mis en place. Nous avons trois buteurs avec Ocansey MANDELA, Ibrahima Sory SANKHON et moi-même. A nous d’être toujours complémentaires. Nous allons continuer à travailler pour bien représenter la Guinée en campagne africaine

kilébang

  • As-tu pensé terminer meilleur buteur en arrivant ?

Non pas du tout, je ne m’y attendais même plus, je n’avais plus d’espoir. Même avant les matchs, j’en parlais à mon confident, lui demandant si je pouvais encore devenir meilleur buteur. Ce dernier m’a réconforté et voilà, j’ai réalisé l’un de mes rêves dans cette vie au HAC. Alors, je dis merci à tous, à mes parents et au bon Dieu qui m’a permis d’atteindre ce noble objectif.

  • Cette saison quel était ton objectif ?

En venant au HAC, je cherchais à confirmer ma valeur dans un premier temps. M’imposer par la suite dans les 18, à chaque match. Et enfin être meilleur buteur non seulement du club mais aussi du championnat guinéen. Aujourd’hui, je pense que j’ai atteint mes objectifs.

C’est mon deuxième passage au Horoya AC, un moment j’étais venu pour un essai mais ça n’avait pas marché… Alors, depuis ce jour, je me suis fixé comme objectif de travailler dur pour venir effacer cet échec. Désormais, j’ai la tête tranquille.

  • As-tu un  secret ?

(Rire !!!) Je n’ai pas de secret… simplement, j’applique ce qu’on me dit de faire sur le terrain, mais également je suis attentif. Je sais où me placer, pour être réaliste. Je remercie de nouveau tous ceux qui m’ont soutenu quand je venais au Horoya, le staff, les dirigeants, les infatigables supporteurs qui étaient là, sous la pluie et le soleil, vous la presse du club qui a fait un grand pas, en nous obligeant a être toujours sur notre site…

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp