Porter le maillot est un honneur, le mouiller est un devoir!

Coumba CONDE : « Le stade est ma deuxième maison »

Coumba CONDE : « Le stade est ma deuxième maison »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Comment Coumba a-t-elle a pu atteindre cet objectif, quelles sont ses ambitions ? Elle nous a répondu avec enthousiasme.

– Présente- toi brièvement à nos lecteurs.

Je suis Coumba CONDE, ailière de l’équipe féminine du Horoya Basketball.

– Comment as-tu obtenu ce prix de meilleure  basketteuse de l’année ?

Etre meilleure basketteuse parmi tant de joueuses, c’est avant tout le fruit d’un long travail.  Car j’ai toujours consacré beaucoup de temps à mon sport. Donc, c’est ce qui commence à payer avec ce trophée de meilleure basketteuse. Franchement j’ai bossé dur et Dieu merci la récompense est là. La preuve est que le stade est ma deuxième maison. Tous les jours, je m’améliore à travers les séances d’entraînement.  Je passe mon temps sous les cocotiers du terrain avec des exercices de tirs de à 2 et 3 points et les lancer francs. C’est pourquoi, je marque toujours dans mes matches. Je suis  toujours en forme en condition physique.

– Quelle sont tes qualités?

Je suis meneuse qui trouve des solutions à nos difficultés dans un match, mais avec la complicité de mes amies.

– Ta faiblesse ?

Très nerveuse (rire).

– Ton idole ?

LEBRON JAMES des Cleveland Cavaliers est le joueur qui me fait rêver.

Ton club de rêve ?

Chaque jour, je n’arrête pas de rêver que je suis en NBA.  Chose très difficile mais pas impossible. Je rêve de tous les clubs de championnat pro.

– Un mot pour les jeunes filles qui veulent faire du sport et en particulier du basket?

Je lance un appel à toutes les jeunes filles de nous rejoindre pour venir faire encore mieux que nous.  Car rien n’est impossible. Il suffit juste de foncer et d’être courageuse.

More to explorer

Le Syli perd mais passe en 8èmes

Malgré sa défaite (2-1) face au Zimbabwé lors du dernier match de la poule B au Stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, le