Porter le maillot est un honneur, le mouiller est un devoir!

Al Nasr Benghazi, ça ne vous rappelle rien ?

Al Nasr Benghazi, ça ne vous rappelle rien ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Battue sèchement (3-0) à l’aller par les Libyens la formation guinéenne avait réussi à s’imposer au retour à Conakry, le 24 décembre 2018, sur un score de tennis (6-2). Les choses étaient pourtant loin d’être acquises à la pause : devant dès l’entame grâce à Ocansey MANDELA (4ème, 1-0), les hommes de Patrice Neveu concédaient l’égalisation (FETOURI, 37ème) face à des visiteurs réduits à dix par l’expulsion d’ABDULNASIR (27ème). Et même si BOLAJI redonnait l’avantage au HAC (39ème, 2-1), le suspense était total.
Le but en or de Boniface HABA
On reprenait les mêmes au retour des vestiaires, Ocansey MANDELA (49ème, 3-1) et Siméon BOLAJI (55ème, 4-1) rapprochaient le Horoya de son fol objectif, qui était atteint quand Marius ASSOKO, monté pour un corner, faisait mouche de la tête (60ème, 5-1).
Un moment de fébrilité dans la défense guinéenne, et les Libyens douchaient l’enthousiasme par MOTAZ (85ème, 5-2). Mais impossible n’était pas guinéen : sur une ultime action collective, le rentrant Boniface HABA faisait trembler les filets pour la sixième fois et envoyait son équipe en phase de poules (90ème+6, 6-2). Le Horoya avait réussi l’incroyable remontada.

More to explorer