Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

NDIAYE encourage, SILUE explique

NDIAYE encourage, SILUE explique

PAROLES DE COACHES

Le champion de Guinée en titre a remporté le classico aller en s’imposant face à l’AS Kaloum sur le score de deux buts à zéro, au Stade du 28 Septembre pour la 10eme journée de Ligue 1. Après l’ultime coup de sifflet de l’arbitre, nous avons retrouvé les deux entraîneurs étrangers qui ont bien voulu analyser ce big match. Le technicien franco-sénégalais du Horoya AC Lamine NDIAYE et l’ivoirien de Kaloum Yelato SILUE. Si le premier encourage les siens, le second reconnaît ses lacunes. Extraits.

Lamine NDIAYE (Horoya AC) : « Toujours être à 100% »

« Je pense que le premier but a décanté le match, jusque-là équilibré. En face deux équipes bien organisées. Mais qu’à cela ne tienne, on a attendu jusqu’à la mi-temps pour scorer. Ensuite, on a contrôlé le match et le deuxième but est venu sceller le sort de l’adversaire. Donc je pense que c’est une victoire méritée.

C’est vrai, le Horoya retrouve une bonne dynamique mais laissez -moi vous dire que c’est toujours compliqué malgré cette victoire face à Kaloum. On le voit à travers tous nos matches, il faut être à 100% pour les gagner. Mais on se bat tout en se remettant en cause . D’ailleurs dans cinq jours, il faut remettre tout ça car on a encore un gros match face au Hafia FC. Enfin, il faut féliciter les joueurs car ils ont bien travaillé et ils méritent amplement leur victoire >>

 Yelato SILUE (AS Kaloum) : « Une bonne équipe joue et gagne »

« Dans un match de football ça peut aller vite. Et un but peut changer le cours d’un match. Comme vous l’avez su, nous concédons un penalty à la dernière seconde de la première période. Ce qui a du coup tout changé. Car si on était rentré aux vestiaires sur un score de parité, je pense qu’on aurait pu revenir avec de meilleurs arguments.

En plus de cela, ce qui a fait mal, c’est le manque de profondeur du banc. Je n’ai pas la même profondeur que l’adversaire. Et aujourd’hui j’en ai été victime. Mais on va continuer à travailler. Je dis bravo à mes joueurs pour sauver ce qu’on peut sauver. Car une bonne équipe est celle qui joue et qui gagne. Mais quand c’est le contraire, ça laisse forcément des regrets.

D’ailleurs le score ne reflète pas du tout la physionomie de la rencontre. Mais lorsqu’on ne marque pas en football, on plie derrière et on encaisse… »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp