Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

NDIAYE apprécie, SYLLA reste ambitieux

NDIAYE apprécie, SYLLA reste ambitieux

Le Horoya AC a pris une large revanche sur le Milo FC de Kankan en s’imposant sur le score de 3-0 au Stade du 28 Septembre. Mais comment les deux entraineurs ont-ils vécu cette opposition du haut de tableau ? Eléments de réponse dans ce décryptage où le technicien du Horoya AC, Lamine NDIAYE est satisfait de l’efficacité de son équipe, alors que Mamadouba Sylla GAUCHER continue à penser à une place africaine.

Lamine NDIAYE (Horoya AC)« Notre efficacité été notre point fort »

« Mes joueurs ont fait une grosse première mi-temps. Je pense que le score aurait même pu être plus large si on était encore plus adroit face au but adverse. Mais on ne va pas faire la fine bouche, on va se contenter de la victoire. Et c’était important pour nous de renouer avec la victoire. La différence entre le match aller et celui d’aujourd’hui c’est l’efficacité. On a été un peu plus efficace lors de cette rencontre retour. Et puis, il y avait plus d’envie de faire un bon résultat. Même s’il y a eu un relâchement que je ne peux pas leur reprocher. L’absence de Moussa CAMARA est due à un problème aux adducteurs. J’espère qu’on pourra le récupérer bientôt car sa blessure n’est trop grave. »

Mamadouba SYLLA (Milo FC) : « Jaurai une place africaine quand même. »

« Si on perd aujourd’hui contre le Horoya AC au moment où notre seul représentant dispute son dernier match avant de recevoir le Raja de Casablanca, vraiment on n’a pas à rougir. D’autant plus que le championnat n’est pas une course de vitesse mais une course de fond.

D’ailleurs comme vous le savez, notre deuxième objectif est atteint en ce qui concerne le maintien. Donc nous allons jouer le titre à la maison où nous avons cinq matches. Et durant cette rencontre, on avait un blessé au cœur de notre défense et cela aussi nous a affectés. Mais ce qui reste clair, au finish, le Milo sera deuxième ou troisième en Ligue cette saison, je vous le promets.

S’agissant de la première place, il faut être honnête avec soi-même. Car à ce stade de la compétition, je ne vois aucun club qui pourra arrêter le Horoya. Mais sincèrement, j’aurai une place africaine quand même. » 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp