Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

ZVUNKA sourit, BARUZAKIS grimace

ZVUNKA sourit, BARUZAKIS grimace

Victor ZVUNKA : « L’essentiel était de gagner. »

« Il fallait les étouffer dès l’entame de la partie mais ça n’a pas été facile. L’essentiel était de gagner. J’ai toujours peur car un match n’est jamais gagné avant d’avoir une marge suffisante. Quand tu mènes deux à zéro, cela peut-être le pire des scénarios si l’adversaire revient à deux à un. Il peut alors revenir dans le match et toi tu prends un coup sur la tête. On a été assez adroit pour marquer rapidement le troisième but en début de la deuxième période et cela nous a fait du bien. Ça nous a libérés et c’est l’adversaire qui a pris un coup sur la tête. Pour nous ça a été plus facile ensuite… »

S’agissant du mini remaniement de son effectif face au Hafia, le technicien français rappellera qu’à certains moments, la porte est ouverte à tout le monde:  » Je n’ai jamais fermé la porte à un joueur. Surtout du moment qu’il fait le maximum à l’entraînement. Et lorsqu’un joueur est écarté, à un moment donné, c’est parce qu’il n’a pas écouté ce que je luis demandais. D’ailleurs mon président m’a donné beaucoup de joueurs. Ce qui me permet d’établir une certaine concurrence. Aujourd’hui ça a marché et c’est le plus important. »

Pascal BARUZAKIS : « Une défaite collective… »

« Très très déçu de la défaite face au Horoya. Mais c’est le football, il faut l’accepter. Car dans deux heures, je vais passer à autre chose. On a un autre match le mercredi donc il faut déjà y penser à travers une très bonne préparation. Je pense qu’aujourd’hui c’est une défaite collective. Je ne peux indexer un joueur en particulier et épargner un autre joueur. Tout le monde a été fautif. Donc c’est à nous de nous rattraper et de mieux bosser pour le prochain match. »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp