Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

Mohamed Aly CAMARA : «Je sais où m’améliorer»

Mohamed Aly CAMARA : «Je sais où m’améliorer»

Transfuge du Satellite FC de Conakry et arrivant dans un effectif relevé, le jeune CAMARA n’a pas eu beaucoup de temps pour s’affirmer. « Piqué » n’en a pas moins pris part à une rencontre phare qu’il n’oubliera jamais. Il nous l’a confié.

– Pour ta 1ère année au HAC, tu as vécu le doublé coupe-championnat. Quelle réaction ?

Après avoir abattu un gros travail en 2014 au Satellite FC, mes prestations m’ont permis d’être enrôlé au sein du Horoya AC. Durant cette année, je n’ai pas eu suffisamment de temps de jeu. Mais bon, le doublé m’a procuré un grand plaisir et me permet d’enrichir mon CV… Je profite de l’occasion pour remercier tout le monde autour de cette belle équipe…

– Ton bilan personnel pendant cette saison ?

Comme je l’ai dit, mon bilan est maigre faute d’avoir eu un temps de jeu suffisant, mais j’ai eu des satisfactions : à mon jeune âge disputer une ligue africaine, et par ailleurs figurer dans l’équipe nationale junior, jouer et obtenir notre ticket de qualification pour la phase finale de la CAN U-20 en Zambie… Ce sont des choses qui représentent quelque chose pour moi

– Quel est ton meilleur souvenir, ton plus mauvais ?

Le meilleur souvenir, c’était mon premier match en Ligue des champions, là franchement je garde ça en mémoire, malgré notre élimination que j’ai encore du mal à digérer. Cette défaite c’est aussi le plus mauvais souvenir parce que je voulais vraiment participer à la qualification du HAC, mais hélas Dieu n’a pas voulu

– Dans quels domaines devras-tu encore t’améliorer la saison prochaine ?

Cette saison, je vais beaucoup travailler pour gagner ma place. Je sais que je dois surtout m’améliorer sur le plan tactique et mental.

– Quelle est ton ambition cette saison avec le HAC ?

C’est non seulement de gagner les trophées sur le plan local, mais aussi exploser sur le plan international, la Ligue africaine et la CAN U-20 prévue en Zambie en 2017

– Comment juges-tu le niveau des clubs guinéens ?

Le football guinéen est en train de prendre une nouvelle dimension par la qualité du jeu fourni par différents clubs, mais surtout grâce aux mécènes qui sont dans le football actuellement. Je crois qu’en poursuivant un gros travail, nous pourrons égaler les autres championnats de la sous-région

– Qu’est-ce qui manque encore au Horoya pour figurer parmi les plus grands

clubs africains ?

Sur le plan national, je pense que nous sommes au-dessus de la mêlée. Alors nous devrons batailler dur pour nous qualifier pour la Ligue africaine, ce qui nous permettra d’atteindre le sommet du football africain. Je crois que le staff saura nous aider à éliminer nos petites imperfections offensives…

– En dehors du foot, comment s’est passée cette 1ère année à Conakry ?

Je suis régulièrement mes études, et à coté le football  car je pense beaucoup à mon devenir après  ma carrière dans le football, donc ceci dit j’ai un programme cohérent qui me permet de  suivre ces deux activités

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp