Porter le maillot est un honneur, le mouiller est un devoir!

Mission accomplie pour le HAC à Tanger

Mission accomplie pour le HAC à Tanger

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cette qualification du HAC fera date, parce qu’elle a été acquise dans la douleur. Bien que dominés pendant les premières minutes de la rencontre, les rouge et blanc réussissent à contenir les assauts de l’IR Tanger.

Alors que le match semblait s’équilibrer, l’arbitre égyptien entrait dans la danse et sifflait deux penaltys en moins de trois minutes pour les locaux. Le premier – totalement injustifé pour une main sans intention d’Aminata CONDE – était transformé par Gui Hervé NADY (32e) et le second par Ismail BENLAMALEM (35e). Les deux équipes se retrouvaient donc à égalité sur l’ensemble des deux matchs : 2-2, score de la mi-temps.

A la reprise, le ciel s’écroulait sur le stade Ibn Batouta puisque le HAC revenait à deux buts partout grâce à Bassirou OUEDRAOGO (48e) et Ibrahima Sory SANKHON (50e). Ce scénario n’avait visiblement pas été prévu par les locaux, qui avaient promis de faire vivre l’enfer au HAC. Et qui se retrouvaient alors avec l’obligation de marquer trois buts. Les Tangérois vont tenter d’acculer leur adversaire mais n’inscriront finalement qu’un troisième but par ANKOBA (89e).

Un réveil trop tardif, puisque le score ne bougera plus malgré 6 minutes de temps additionnel et l’expulsion d’Aminata CONDE. En dépit de cette courte défaite, le HAC se qualifiait grâce à un formidable esprit de corps et disputera la phase de groupes (8èmes de finale de l’épreuve en 4 groupes) à partir du week-end du 10 mai.

Le Horoya AC avait aligné : Germain BERTHE – Alsény BANGOURA, Ben Youssouf CAMARA, Ibrahima Aminata CONDE, Alsény CAMARA – Ibrahima Sory SOUMAH, Ibrahima Sory SANKHON, Baffour SEBE – Ocansey MANDELA, Yacouba MANDO, Bassirou OUEDRAOGO.

More to explorer

Le Syli perd mais passe en 8èmes

Malgré sa défaite (2-1) face au Zimbabwé lors du dernier match de la poule B au Stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, le