Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

Mamadou DIALLO : un «coq» heureux

Mamadou DIALLO : un «coq» heureux

Fidèle au club depuis 45 ans, Mamadou DIALLO se fait sérieux pour exprimer son sentiment général : « Cette question de stage de préparation est fondamentale. Tout club ambitieux, s’il dispose des moyens nécessaires, doit s’y consacrer. Chez nous au HAC, c’est le cas, et après avoir conquis sa couronne de champion, le club a pensé effectuer un stage loin du pays. La priorité pour le staff, c’était de pouvoir évoluer dans un cadre et des infrastructures appropriés, de pouvoir œuvrer à temps plein pour les séances d’entraînement, soutenues par des matchs amicaux. Tout ça en vue d’être en forme optimale avant la campagne africaine, qui demeure notre objectif primordial…

J’avoue que nous nous sommes bien préparés avec deux séances par jour, matin et soir. Ce stage a permis aux joueurs de se remettre à niveau après la fin du championnat et les congés… »

Mais quel a été le travail du ‘’ coq’’ du HAC, comme on le surnomme ? « Comme vous le savez, je suis chargé du matériel avec Ibrahima BARR , donc mon rôle au Maroc c’était de veiller sur les ballons, gilets, chasubles , pendant les entrainements. Nous avons travaillé avec un esprit d’équipe pour ne pas être confronté à des difficultés. Personnellement, j’ai pu apprécier le boulot du staff technique, malgré qu’il reste quelques réglages à faire. Mais je suis confiant avec la pertinence dans le travail de l’entraineur, il aidera le club à atteindre son objectif, c’est-à-dire intégrer la phase de poules comme le veut l’ensemble de la famille du Horoya »  a fait savoir DIALLO.

Pour cette première participation à un stage de haut niveau, Mamadou DIALLO a été très satisfait, raison pour laquelle il n’a pas tardé à remercier ceux qui lui ont fait confiance : « J’étais très joyeux quand on m’a annoncé cette nouvelle. C’était la première fois pour moi et visiter ce pays était un vrai privilège pour moi. C’est pourquoi je vais remercier sincèrement mon président et l’entraîneur pour cette attitude, dans le cadre de mon travail. Je crois que chacun au Horoya AC doit faire de son mieux dans le boulot qu’on lui confie pour donner un vrai sens de vie à ce club phare de Matam. Je remercie également mes collègues, surtout Ibrahima BARRY, avec lequel d’ailleurs on s’est complété lors de ce stage qui restera gravé dans ma mémoire. Enfin, je ne veux pas oublier l’ensemble des supporteurs qui croient à cet effectif et au staff technique… »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp