Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

Ibrahima Sory SANKHON : « Garder les pieds sur terre »

Ibrahima Sory SANKHON : « Garder les pieds sur terre »

Comment expliques-tu cette percée que tu effectues dans ta jeune carrière ?

Le football ça va très vite, et il faut profiter du moment où les gens t’apprécient.  C’est à moi de garder les pieds sur terre, parce qu’on ne sait pas ce qui peut arriver demain.  Le plus important, c’est de continuer à travailler pour mon club et pour l’équipe nationale. Ça ne sera certes pas facile, mais c’est à moi de continuer sur cette lancée.

Que t’a dit Luis FERNANDEZ, après la double confrontation contre le Malawi ?

Il m’a surtout encouragé. Nous sommes plusieurs joueurs locaux, et si moi j’ai eu la chance d’avoir la confiance du sélectionneur, je pense que c’est le vœu de Dieu.  Oui, il m’a beaucoup encouragé le coach. J’ai également été bien accueilli par les anciens, surtout les cadres de l’équipe. Ils m’ont donné de très bons conseils, et cela m’a beaucoup aidé dans le jeu. Voilà comment j’ai pu faire un bon match contre le Malawi.

Et ton coach Victor ZVUNKA dans tout ça ?

ZVUNKA est plus qu’un coach, c’est en quelque sorte un père pour moi. C’est un entraineur de haut niveau, et il m’aide beaucoup. Lorsque j’étais au CHAN, on échangeait très souvent sur Viber. Il me disait ce qui n’a pas marché, et m’apportait des solutions pour le match suivant.

Comment expliques-tu l’excellent match réalisé contre l’ASK lors du classico?

L’élimination contre ZESCO nous a fait très mal. Moralement, l’équipe n’était pas bien depuis ce faux pas. Le bureau exécutif était fâché contre nous et ça on l’a su. Il fallait donc gagner ce classico pour nous réconcilier avec tout le monde. Ça n’a pas été facile, parce qu’on est tombé sur une équipe de l’AS Kaloum qui tactiquement était présente. Mais, grâce aux consignes du coach qu’on a respectées, on a pu remporter le match. Cette victoire nous a fait du bien, c’est comme quand le Real Madrid bat le FC Barcelone… Maintenant, on est à un point du leader, le Fello, avec un match de plus à jouer. Contre l’ASFAG, ce jeudi, on va encore se donner à fond pour arracher les trois points.

Les supporteurs veulent savoir, pourquoi le surnom de ZIDANE ?

(Rires) Ce nom m’a été donné par mon défunt père (Fodé Mamoudou SANKHON) qui aimait l’équipe de France, surtout Zinedine ZIDANE. C’est ainsi qu’il a dit que son premier fils se nommera ZIDANE. J’ai toujours porté ce nom, et je compte tout donner pour le mériter.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp