Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

Ibrahima Aminata CONDE : «Faire comme le Hafia des années 70»

Ibrahima Aminata CONDE : «Faire comme le Hafia des années 70»

– Pour ta 1ère année au HAC, tu réalises le doublé coupe-championnat. Quelle réaction ?

Je crois que tout bon joueur ne peut qu’être heureux en rejoignant le plus grand club du pays, le Horoya AC. Et pour ma première année dans un championnat aussi relevé, venir m’imposer et obtenir deux titres, je pense bien que cela est important et très encourageant pour la suite de ma carrière. C’est évidemment aussi grâce au travail et à la rigueur de l’entraîneur

– Ton bilan personnel pendant cette saison ?

Mon bilan cette année commence d’abord avec ma participation au CHAN au Rwanda où la Guinée a terminé à la 4ème place. A notre retour dans le championnat guinéen, j’ai peiné à cause d’une blessure aux adducteurs contractée au CHAN. Après mon traitement, j’ai repris ma place de titulaire en jouant 17 matchs du championnat et toutes les rencontres de la Coupe nationale. Je crois donc que ma saison a été rose. Grâce à mon  engagement mon travail individuel, Dieu m’a récompensé. Une autre performance cette année, ce sont mes premiers pas en équipe nationale A de Guinée.

– Quel est ton meilleur souvenir et ton plus mauvais ?

Mon meilleur souvenir, c’est d’avoir remporté les derbys face aux clubs locaux (AS Kaloum – Hafia FC) avec les amis grâce à un bon esprit d’équipe. Le plus mauvais c’était ma blessure lors du CHAN parce que je voulais réellement apporter mon concours à cette équipe, mais le Bon Dieu en a voulu autrement…

– Dans quels domaines devras-tu encore t’améliorer la saison prochaine ?

Je dois toujours continuer à travailler le côté physique, parce que nous entamerons bientôt la campagne africaine

– Quelle est ton ambition cette saison avec le HAC ?

Mon ambition est grande : tout d’abord franchir la phase de poules de la Ligue des champions et rester toujours dans ma meilleure forme, avoir encore plus de présence que l’année passée

– Comment juges-tu le niveau des clubs guinéens ?

Le niveau des clubs guinéens est appréciable,notre championnat a un bon niveau. Ce qui manque aux clubs, ce sont des infrastructures pour être encore mieux outillés. En tout cas, les jeunes Guinéens sont bien partis pour vendre l’image de notre football

– Qu’est-ce qui manque encore au Horoya pour figurer parmi les plus grands clubs africains ?

Ce qui nous manque sans doute c’est cet esprit de gagneur qu’il faut avoir dans cette compétition. La saison passée, on était à un pas de se qualifier au troisième tour, mais nous sommes complètement passé à côté. Je crois que maintenant, il est temps qu’on se réveille tous pour faire comme le légendaire club du Hafia FC dans les années 1970 avec trois titres de ligue africaine (1972, 1975 et 1977)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp