Porter le maillot est un honneur, le mouiller est un devoir!

Francis DIPITA garde jalousement ses médailles

Francis DIPITA garde jalousement ses médailles

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

– Quel sentiment as- tu éprouvé avec ce 17ème  sacre du HAC ?

C’est  toujours un sentiment de joie et de satisfaction quand je gagne un nouveau titre de champion avec cette équipe du HAC. Comme je le dis toujours, c’était  pour gagner des titres que je m’étais engagé avec le patron du club Monsieur Antonio SOUARE. 

– Parmi les 7 titres, lequel a été le plus facile, le plus difficile ?

Vous savez il y a de très bon joueurs et de très bonnes équipes en Guinée et ce championnat s’améliore d’année en années. Alors, je ne pourrais pas vous dire tel titre a été facile et tel autre a été difficile. Ce qui est sûr, c’est que je savoure chaque titre comme si c’était le premier

– Quel a été l’adversaire le plus coriace depuis que tu es là ?

Le championnat s’améliore chaque année, et les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas ne se ressemble pas. Donc ce n’est pas facile de faire une différence entre les clubs.

– Quelles sont les qualités qui permettent au HAC  de dominer à ce point ?

Pour moi c’est  le sérieux des dirigeants, la qualité des joueurs et l’énorme projet à long terme du club qui nous permettent d’être si réguliers en tête du championnat et vainqueurs en fin de saison

– Que manque-t-il encore au HAC  pour arriver au sommet du football africain ?

Pour moi il ne nous manque pas grand chose pour passer les 1/4 de finale de la Ligue des champions et devenir un très  grand club d’Afrique. Mais on va tirer les leçons de nos échecs en ¼ de finale…   

– Dans ton pays, comment est perçu cette domination du HAC ?

Depuis plus de 6 ans que je suis ici,  la notoriété du  Horoya AC a augmenté  dans le monde entier et surtout au Cameroun. On sait que le HAC est un grand club avec de bons joueurs, et  qui domine son championnat comme la Juventus en Italie, la Bayern en Allemagne ou paris en France. 

– Que fais-tu des médailles que vous recevez pour chaque titre ?

Je n’ai pas toujours eu la chance d’être présent lors des derniers matches pour la remise des trophées et des médailles. Mais le peu que j’ai pu avoir, je les garde jalousement tout comme les trophées individuels que j’ai gagnés ici.

 

 

More to explorer

Pas de carton rouge pour les Matamkas

Dans sa « remontada » pour retrouver sa place dans le fauteuil de leader de Ligue 1, le Horoya AC a régulièrement disputé des

Quelques stats du Horoya AC

Depuis le coup de sifflet final du match contre la SOAR Académie sanctionné par une victoire (2-0), le coach Mamadou Lamine NDIAYE a donné congé aux