Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

FOCOU jubile, SOUMAH analyse

FOCOU jubile, SOUMAH analyse

Sekou « Diego »  SOUMAH (Horoya AC) : « Se battre et respecter le slogan du club »
« Aujourd’hui on pourra dire que rien n’a marché.  Pendant la première pérode, on avait le match en main. Mais suite aux erreurs individuelles, on a pris des buts facilement. Surtout le premier but sur penalty. Mais qu’à cela ne tienne, nous continuons à travailler tous les jours pour rectifier le tir et inchalla, nous allons revenir très fort. Et il ne faut pas qu’on s’alarme. On n’en est qu’à notre troisième journée. Étant donné que le championnat est une course de fond et non une course de vitesse.

Nous sommes conscients que nous entamons difficilement la saison mais nous travaillons dur pour éviter que les autres équipes nous échappent. Nous devons tous nous battre à l’image du slogan du club qui indique: « Porter le maillot est un honneur et le mouiller est un devoir »

Nous devons nous donner la main pour qu’on se réveille ensemble. Et ça aboutira forcément à la quête des trois premiers points de la saison. »

Désiré FOCOU (Éléphants de Coléah) : « La victoire de la volonté »

« Je suis très content pour les trois points car j’ai trouvé une équipe des Éléphants de Coleah en pleine crise. On n’avait pas de point. A mon arrivée, on a perdu notre premier match face à l’AS Kaloum. Alors qu’on aurait pu gagner ou à défaut obtenir un match nul. Mais la chance n’était pas de notre côté.

Je pense qu’on a sérieusement préparé ce match contre le Horoya AC tactiquement, techniquement et surtout mentalement. Le Horoya c’est le meilleur club de la Guinée depuis quelques années.  Mais j’ai dit à mes joueurs de respecter le club mais de tout donner aujourd’hui pour gagner les trois points. J’ai pu regarder le Horoya AC jouer deux fois cette saison. Au vu de tout cela, j’ai dit que tout est possible.

Aujourd’hui mes joueurs ont été courageux et Ils ont manifesté beaucoup de volonté. C’est ce qui nous a valu notre victoire ce soir. Je leur ai dit que sans « la grinta », vous ne pouvez rien faire et de surcroît, il faut prendre l’ascendant psychologique sur les grands. C’est aussi une bataille tactique que nous avons remportée. Et on savait que le Horoya AC allait sauter les lignes. Et on en a profité… »
 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp