Porter le maillot est un honneur, le mouiller est un devoir!

Djibril SYLLA : «Techniquement, nous sommes prêts»

Djibril SYLLA : «Techniquement, nous sommes prêts»

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

En verve, Djibril SYLLA a donc permis aux jeunes Guinéens d’obtenir aux tirs au but leur qualification pour le dernier tour éliminatoire de la CAN 2017. Ce jeune attaquant, nous a livré sa satisfaction d’appartenir à l’équipe nationale cadette.

  • Quels sont les sentiments qui t’animent du fait d’appartenir à cette sélection ?

 J’ai un sentiment de satisfaction comme tous mes amis qui sont passés par là. Et comme tout jeune joueur qui a des ambitions dans sa carrière footballistique, quand on t’appelle pour te dire que tu es présélectionné en équipe cadette, tu ne peux être que satisfait et te sentir encouragé à continuer le travail.

  • Justement quelle a été ta première réaction après su que tu es présélectionné ?

D’abord je me suis dit que c’était bien, que j’avançais, et j’ai aussi pensé que le plus dur commençait. Car quand on vient en équipe nationale, c’est pour confirmer. Je savais que rien n’était acquis tant que la liste définitive n’était pas sortie. Je me disais que c’était un bon départ mais qu’il fallait aller jusqu’au bout, c’est-à-dire avoir mon nom parmi ceux qui doivent porter les couleurs guinéennes. Je me suis mis au travail grâce au soutien moral de mon formateur et de mes amis académiciens et finalement j’ai récolté ce que j’ai semé puisque mon nom a été publié parmi les sélectionnés.

  • Quels sont tes souvenirs de cette sélection ?

 Bon, dans le groupe on était plus d’une trentaine de personnes, dont cinq de l’Académie Antonio SOUARE. Après la sélection, 3 académiciens seulement ont été retenus. Et franchement on était très triste du fait que deux de nos camarades ont été recalés. Je suis vraiment désolé pour eux. Mais ça fait partie du football.

  • Comment préparez-vous le prochain mach en éliminatoires ?

 On se prépare très bien, malgré qu’on n’ait pas vu jouer le Sénégal, notre adversaire. Donc on ne connait pas leurs forces et faiblesses. Mais chaque jour du lundi au samedi nous sommes au stade à partir de 15h 30 pour les séances d’entraînement. On travaille beaucoup physiquement, surtout l’endurance parce que techniquement nous sommes prêts.

  • Quel a été ton secret pour être sélectionné ?

 Mon secret (rires), c’est le travail sur le terrain, avec mon formateur Milla et mes amis académiciens. Cela signifie que dans notre académie, nous sommes une famille et nous avons tous les mêmes objectifs.

More to explorer

Pas de carton rouge pour les Matamkas

Dans sa « remontada » pour retrouver sa place dans le fauteuil de leader de Ligue 1, le Horoya AC a régulièrement disputé des

Quelques stats du Horoya AC

Depuis le coup de sifflet final du match contre la SOAR Académie sanctionné par une victoire (2-0), le coach Mamadou Lamine NDIAYE a donné congé aux