Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

Derby « à la française » pour les deux entraîneurs

Derby « à la française » pour les deux entraîneurs

ZVUNKA:  » Nous on veut gagner… »

Victor ZVUNKA jouera ce week-end son troisième classico contre l’ASK. Victorieux lors des deux premiers, le technicien français est conscient que celui-là sera très compliqué.

« On sait que ça va être difficile, un match contre Kaloum est toujours très compliqué parce que c’est un gros derby. En plus c’est la finale de la Coupe, il y a une récompense au bout. On aura besoin d’être à cent pour cent, et même plus pour gagner ce match. On le prépare de la meilleure manière possible. On n’a pratiquement l’effectif au complet, mais il nous manquera peut-être Aboubacar CAMARA Galle qui est un des titulaires de l’année dernière. Pour le reste tous les autres sont là, et ils répondront présents » confie-t-il.

La gagne, c’est le maître mot de l’entraineur du club de Matam qui n’entend pas faire juste de la figuration. Pour lui, il faut obligatoirement remporter ce trophée.

« Un match de coupe et notamment une finale, ce n’est pas comme un match de championnat. Là il faut obligatoirement un vainqueur. En championnat si tu as fait un match nul ce n’est pas grave, mais en coupe tu dois forcement faire un bon résultat pour remporter le trophée. En participant à cette finale on a envie de gagner. Il ne s’agit pas juste de jouer pour participer, nous on veut gagner », martèle l’ancien Marseillais double vainqueur de la Coupe de France: comme joueur en 1976 avec l’OM et comme entraîneur en 2009 avec Guingamp.

Sur le banc kaloumiste il y a un autre entraineur français, Dennis GOUAVEC. Cela peut-il peser dans la balance ? ZVUNKA: .

« Moi je ne m’occupe pas de ça, je reste concentré sur mon match. C’est vrai qu’il y aura deux Français sur le banc, mais ça ne veut rien dire. Le plus important c’est le résultat que l’un ou l’autre va obtenir » précise le magicien du HAC.

GOAVEC:  » On va tout donner »

Dans le camp d’en face on reconnait la suprématie de l’adversaire sur toutes ses facettes. Mais Denis GOUAVEC et ses poulains ne comptent pas pour autant baisser les bras.

  • On va avoir à faire à une très belle attaque, peut-être une des meilleures de la Guinée avec la nôtre. Donc ça sera une partie très difficile. Le Horoya est le grandissime favori puisque les moyens ne sont pas les mêmes, il n’y a pas de comparaison à faire entre leurs moyens et les nôtres. Nous on s’attache à faire le mieux possible. Contre WakIriya ils doivent gagner avec beaucoup plus d’écart, mais ils ont été maladroits. Regardez les choses en face, les moyens ne sont pas les mêmes, les effectifs non plus, mais on est là et on donnera tout dans cette rencontre » prévient-il.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp