Porter le maillot est un honneur, le mouiller est un devoir!

Victor ZVUNKA explique son choix

Victor ZVUNKA explique son choix

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

« On avait deux possibiltés : ou trouver un endroit à l’étranger ou alors profiter des installations sur place et après discussion, on a retenu Yorokoguiya. Nous avons pensé  que le championnat allait débuter  le 12 novembre, mais avec ce  changement, nous avons jetés notre dévolu sur Dubreka .C’est vrai que si on partait à  l’étranger on allait faire des matchs amicaux avec des équipes réputées dans ces pays. Mais bon, je pense que la meilleure  solution était de rester en Guinée et profiter de ces installations qui sont là pour nous. L’environnement va aussi nous aider à travailler dans des  bonnes conditions sur des terrains de bonne qualité. De plus, pour éviter des « va et vient » nous avons décidé de rester dans un hôtel très proche de façon à continuer notre travail de fond » a-t-il expliqué.

bushac

Il faut penser à la santé des joueurs

Le coach des « rouge et blanc » n’apprécie pas pour autant le calendrier établi par les instances et estime qu’il est prématuré de lancer le championnat sans tenir compte du temps de repos nécessaire aux joueurs. Reprendre trop vite pourrait être dangereux pour la santé des joueurs des clubs engagés en compétition : « Je crois qu’on devrait tenir compte du temps minimum de repos pour la santé des athlètes. Nous l’avons fait, d’autres non. Il fallait nécessairement donner un temps de repos suffisant aux joueurs après 10 à 11 mois de championnat. Reprendre tout de suite avec le Trophée des champions, cela va nous pénaliser. Néanmoins, rester ici va nous permettre de nous préparer dans les meilleures conditions » a regretté ZVUNKA.

Poursuivant sa communication,  Victor ZVUNKA est revenu sur les séances  travaillées durant cette semaine : « Je crois en préparant une saison qui dure huit à dix mois, tu es obligé de travailler d’abord le fond, avant d’enchaîner par le travail technique. On est donc obligé de s’adapter, parce qu’au lieu d’avoir les six semaines, on n’aura que que 3 semaines de travail seulement, donc il fallait absolument courir d’abord dans la forêt avant de revenir  faire  beaucoup de footing.

On a aussi  installé dans des ateliers pour  la technique, mais sachez qu’il nous reste encore beaucoup de travail par ce qu’il faut retrouver les automatismes habituels. Mais en fin de compte, c’est à moi de faire une bonne équipe pour le vendredi (Ndlr : en super coupe de Guinée face au Hafia FC) » a –t-il conclu.

More to explorer

Le Syli perd mais passe en 8èmes

Malgré sa défaite (2-1) face au Zimbabwé lors du dernier match de la poule B au Stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, le