Porter ce maillot est un honneur, le mouiller est un devoir !

Les animateurs du HAC lancent le «Koutoukoutou Koumboussé»

Les animateurs du HAC lancent le «Koutoukoutou Koumboussé»

  • Présentez-vous à nos lecteurs ?

Je me nomme Diakité Moussa et suis communément connu sous le nomlde N’Fa Bilaly, coordinateur des Animateurs du Horoya Athlétique Club de Conakry.

  • Parlez-nous de votre plan de travail pour cette nouvelle saison ?

Déjà je vais commencer par évoquer le championnat précédent. Nous avons bien réussi notre pari d’accompagner le club tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays, grâce au soutien financier du bureau exécutif. Ce qui nous a toujours facilité le boulot. Et dès le coup d’envoi des 8èmes de finale de la Coupe nationale, notre groupe d’animateurs s’est attelé à la tâche pour supporter le club. Heureusement, on s’est qualifié (2-0) pour les quarts de finale face au Loubah FC de Télémélé. C’est avec la même volonté de vaincre que nous serons à Dubreka.

Comme l’a annoncé le président du club, 2017 c’est l’année du grand défi donc le bateau du HAC doit traverser la mer forcément. Présentement nous sommes bien organisés et nous avons tous les outils nécessaires pour être derrière le club. Personnellement j’ai instauré l’idée de nous structurer avec les jeunes supporters. Avant, la plupart agissaient dans l’amateurisme, ce qui les faisait évoluer en dents de scie. Mais de nos jours, on a pu les maîtriser et nous promettons de faire feu cette saison à travers notre nouveau slogan « Koutoukoutou Koumboussé » (Ndlr : Nom d’un grand oiseau de la forêt qui se promène avec beaucoup d’autres oiseaux en rangs groupés, slogan en langue soussou ).  Vous savez sur le maillot du HAC il y a un oiseau donc pour cette nouvelle saison 2016-2017, notre groupe d’animateurs va s’appeler « Koutoukoutou Koumboussé du HAC ».  

Chaque antenne sera responsabilisée pour plus de sérieux, de courage et de bonne conduite sur les différents stades du territoire national. Et à la fin de chaque match, nous devons nous retrouver pour planifier les programmes suivants. Une façon d’éviter certaines anomalies chez les jeunes animateurs.

  • D’autres supporters peuvent-ils vous rejoindre ?

La liste n’est pas du tout fermée car le président a besoin de plus de cinq cent supporters (500) pour nous accompagner. On veut faire comme les supporters de la sous-région. Lorsque nous avons été à Dakar lors du match AS Douanes – Horoya, nous avons vu comment les Sénégalais étaient bien structurés. Mais malgré notre nombre un peu limité de 30 personnes en plus de quelques ressortissants guinéens, on a pu surprendre les Sénégalais à M’Bour. Après le match, le président du 12ème Gaindé, Issa DIOP, est venu nous féliciter et nous a sollicités pour la mise en place d’un comité de supporters de la sous-région. Une idée que nous avons accueillie avec beaucoup de plaisir et de satisfaction. Et jusqu’à ce jour, nous entretenons de bons rapports.

  • Etes-vous confrontés à des difficultés ?

Elles sont très minimes, franchement, car le bureau exécutif met tout à notre disposition pour favoriser un excellent boulot.

  • Un dernier message.

Je demanderai à l’ensemble des supporters d’accepter de vivre en structure.  C’est plus progressif que d’évoluer en solo. Car il ne sert à rien de venir taper les fauteuils ou tenir des propos insensés devant les responsables au stade. Nous devons pousser le club et nos équipes à cause de la passion qui nous anime et non à cause de l’argent. En plus ce métier d’animateur est loin de la prostitution mais représente plutôt une noble mission à mener avec fierté. Vous n’êtes pas sans savoir que nous animateurs, nous avons un boulot énorme avant, pendant et après le match. Une fois au stade nous devons observer la modestie dans nos faits et gestes…

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp